Passer au contenu

04.03
2020

« Nous avons eu raison de venir au SEPEM »

David Danhier et Johann Prieux, co-dirigeants 3D&G

Adhérent SOTRABAN - Témoignage 3D&G David Danhier et Johann Prieux

Pourquoi 3D&G est-elle présente au SEPEM de Rouen ?
Nous sommes au salon pour faire connaître la fabrication additive grâce à des démonstrations en direct. Le grand public entend parler d’impression 3D depuis plusieurs années, mais c’est encore sous utilisé. Pourtant, cette technique est très adaptée à la sous-traitance car son coût est compétitif et la résistance des pièces produites est excellente. Elles sont parfois meilleures que celles d’origine, Pourtant, les donneurs d’ordre et les industriels français, contrairement à leurs homologues allemands, utilisent très peu cette technique. Certains de nos voisins européens ont un temps avance.

Qu’est-ce qui vous a fait adhérer à SOTRABAN ?
Comme nous étions dans les mêmes locaux à Colombelles, l’association nous a invité en septembre 2019 pour faire une présentation de cette technologie aux adhérents, au cours de son assemblée générale. C’était très prometteur. Nous avons concrétisé un projet avec CREI, un adhérent du cluster régional basé à Bourguebus (14). D’autres se sont rapprochés de nous, comme ABC mécanique (Criquetot-sur-Longueville – 76). Depuis, nous trouvons l’équipe et les adhérents de l’association très dynamiques et comme nous, ils pensent que l’union fait la force.

Quel est votre bilan du SEPEM 2020 ?
Nous avons bien fait de venir, car nous sommes les seuls parmi les 700 exposants du SEPEM à proposer de la fabrication additive aux industriels qui visiteront le salon. Notre objectif était d’échanger et de présenter nos offres et après deux jours de salon, nous avons un tiers de contacts sérieux. C’est très bien. Ce qui est positif aussi, c’est l’intérêt que nous ont porté des entreprises de SOTRABAN.